Arpigny.png

Estelle ARPIGNY

Assistante chargée d'exercices

silhouette-homme.png

Olivier BASTYNS

Assistant

ALP_5600.jpg

Mariana BOUTUIL

Assistante chargée d'exercices

Mariana Boutuil est titulaire d’une licence en droit obtenue avec distinction ( 2008) et a poursuivi sa formation par un premier certificat universitaire approfondi en criminalistique et psychiatrie judiciaire (2010-2012). Elle a ensuite souhaité élargir sa formation de base par le Certificat universitaire : « Droits de l'enfant - Approche interdisciplinaire » auprès de l’Université Catholique de Louvain (2020-2021).


Mariana Boutuil a approfondi sa pratique en obtenant l’attestation de cassation en matière pénale, tel qu’exigé par l’article 425 du CiCr. en 2015.


Activités professionnelles
Mariana Boutuil est avocate au Barreau de Bruxelles depuis septembre 2008 et a obtenu le titre de Spécialiste en droit pénal (2017). Elle est également formatrice auprès de l’institut de communication du Barreau de Bruxelles et professeur en procédure pénale dans le cadre du certificat d’aptitude à exercer la profession d’avocat.


Mariana Boutuil a débuté en tant que collaboratrice scientifique dans le cadre du séminaire d’argumentation juridique en droit pénal en septembre 2014 avant d’obtenir le statut d’assistante chargée d’exercices. Elle est également assistante chargée d’exercices en droit pénal et procédure pénale à l’UMons depuis 2019.

Mariana Boutuil encadre en outre les enfants dans le cadre de l’université des enfants en droit pénal et du projet TADA (toekomst atelier de l’avenir )


Conférences
« Quand la drogue passe entre les barreaux » (04/03/2013)
«Les conséquences du COVID19 sur le droit pénal» (24/09/2020)

DSC_0611_modifié-1.jpg

Sophie CUYKENS

Assistante chargée d'exercices

IMG_1077 (2).JPG

Giorgio DE HOOGHE

Assistant

Giorgio De Hooghe est titulaire d’un master en droit obtenu en juin 2022 à l’Université Libre de Bruxelles (grande distinction). Dans le cadre de ses études, il a effectué un Erasmus Belgica d’un an au sein du la Vrije Universiteit Brussel (2019-2020), et réalisé plusieurs stages auprès des différents acteurs du monde judiciaire (Cour de cassation, ministère public, cabinet d’avocats).

 

Il rejoint le CRDP comme assistant en octobre 2022.

unnamed.png

Romain DELCOIGNE

Assistant

silhouette-homme.png

Frank DISCEPOLI

Assistant

silhouette-homme.png

Sophie GREGOIRE

Assistante

Photo Delphine Griveaud.jpg

Delphine GRIVEAUD

Chercheuse associée

Delphine Griveaud est actuellement attachée d'enseignement et de recherche en science politique à l'Université Paris Nanterre, où elle enseigne les études sur le genre et les méthodes d'enquête en sciences sociales. Ses recherches portent sur les formes de justice dites alternatives. Après s’être arrêtées un temps sur la justice transitionnelle et les politiques de mémoire, elles se sont focalisées sur la justice restaurative.

 

En 2017, elle obtient un mandat d'aspirante FNRS qui lui permet de préparer sa thèse de doctorat en sciences politiques et sociales sur ce thème, en cotutelle entre l'Université catholique de Louvain-la-neuve et l'Université Paris Nanterre. Soutenue en 2022, la thèse montre comment l’institution pénale est progressivement transformée par des attendus en termes d’écoute, de dialogue et d’empathie, de la part des justiciables mais également de ses propres travailleurs, attendus au nom desquels est investie la justice restaurative.

 

Elle codirige aujourd’hui, avec Sandrine Lefranc, un projet de recherche sur les effets de la justice restaurative en France au travers duquel elle prolonge et renouvelle ce travail, financé par l’Institut des études et de la recherche sur le droit et la justice (IERDJ).

Principales publications :

- GRIVEAUD Delphine, “An empirical take on the debates on peacebuilding’s failure”, Peacebuilding, February 17, 2022, DOI: 10.1080/21647259.2022.2040229.
- GRIVEAUD Delphine et HENNEBERT Solveig, “The PSG Ultras' annual commemoration of the 13 November 2015 terrorists' attacks : a window on collective memory”, in HEBERT Emmanuelle, ROSOUX Valérie, SANGAR Eric (dir.), Memory Fragmentation from below and beyond the state: Uses of the Past in Conflict and Post-Conflict Settings, Routledge, 2022.
- GRIVEAUD Delphine, « Un ‘instantané’ de la justice restaurative en France en 2019 », in MBANZOULOU Paul, MAYOL Jean-Philippe, HERNANDEZ Lucie, TSCHANZ Anaïs (dir.) La justice restaurative, des frontières plurielles et mouvantes, Les presses de l’ENAP, Collection savoirs et pratiques criminologiques, 2021, pp. 85-98.

- GRIVEAUD Delphine et LEFRANC Sandrine, « La justice transitionnelle, un monde-carrefour. Contribution à une sociologie des professions internationales », Cultures & Conflits, n°119-120, 2020, pp. 39-65.
- GRIVEAUD Delphine et HENNEBERT Solveig, « Les Ultras du PSG et la mémoire collective du 13 novembre », in GENSBURGER Sarah, TRUC Gérôme (dir.), Les mémoriaux du 13 novembre, Editions de l’EHESS, coll.
« Représentations », 2020, pp. 200-203.
- GRIVEAUD Delphine, « ‘Parfaire la construction de la nation ivoirienne’ : justice transitionnelle et
récit national en Côte d’Ivoire », in GOIRAND Camille, MULLER Angélica (dir.), Construire la
mémoire historique : usages publics du passé dans la justice transitionnelle, Presses Universitaires de l’IHEAL, 2020, pp. 269-289.

- ANTICHAN Sylvain, GENSBURGER Sarah, GRIVEAUD Delphine, « La mémoire en ses lieux. Essai de topographie de la première commémoration du 13 novembre 2015 à Paris », Mémoires en Jeu, Editions Kimé, septembre 2017, pp. 50-60.
- COSNIER Margaux, GRIVEAUD Delphine, SIERPE Vladimir, « Formes d’engagement en conditions de répression et de clandestinité : les militants du Parti Socialiste chilien (1973-1988) », in OBREGON Jimena, MUNOZ Jorge (dir.), Le 11 septembre chilien. Le coup d’Etat à l’épreuve du temps, Presses Universitaires de Rennes, 2016, pp. 281-300.

silhouette-homme.png

Damien HOLZAPFEL

Assistant

photo Pat .png

Patrick MANDOUX

Maître de conférences honoraire

Patrick Mandoux est maître de conférences honoraire à l’Université de Bruxelles, conseiller honoraire à la cour d’appel de Bruxelles et avocat honoraire du barreau de Bruxelles.

 

Il fut également membre du Conseil supérieur de la justice, chargé de cours à l’École nationale de recherche de la police fédérale et à l’École régionale et intercommunale de police, président (pour le Conseil supérieur de la justice et ensuite pour l’Institut de formation judiciaire) de la formation annuelle des juges d’instruction et vice-doyen de la Faculté de droit et de criminologie de l’Université libre de Bruxelles.

silhouette-homme.png

Caroline POIRE

Assistante

2020-11-27_edited_edited.png

Benoît THOMAS

Assistant

Benoit Thomas est titulaire d’un master en droit obtenu avec grande distinction (2019) et a poursuivi sa formation pour un Certificat inter-universitaire en droit pénal des affaires.
Il a intégré le
Centre de Recherches en droit pénal en mars 2022.

Activités professionnelles principales
Benoit Thomas est avocat au barreau du Brabant wallon et assistant-chargé d’exercices à la Faculté de Droit et de Criminologie de l’ULB, ainsi qu’à l’UMons.

Recherches principales
Les recherches principales de Benoit Thomas portent sur le droit pénal des affaires. Outre son intérêt pour la matière du blanchiment de capitaux, il s’intéresse au droit pénalde l’entreprise et au droit pénal comptable. Dans le cadre du certificat en droit pénal des affaires, il a eu l’occasion d’approfondir ces deux matières en présentant un travail intitulé « ‘L’apport en numéraire fictif’ au secours du principe de l’image fidèle ? Regard sur une théorie oubliée ».

Publication
- B. THOMAS, « Dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et ‘secret bancaire’ : concilier l’inconciliable ? », Rev. dr. pén. entr., 2019/4, pp. 251-285.

DavidS_edited.jpg

David SCHEER

Chercheur associé

David Scheer est docteur en criminologie et travaille à l’Institut National de Criminalistique et de Criminologie (INCC, Bruxelles). Ses travaux sont essentiellement consacrés à l’analyse des transformations contemporaines de l’institution carcérale, et se concentrent sur les prisons pour mineurs, l’architecture des prisons et le traitement des extrémismes violents en prison.

 

Il a récemment publié l’ouvrage La prison. Réalités et paradoxes avec Camille Lancelevée (Presses universitaires Blaise Pascal, 2019) et a coordonné, avec Olivier Mihaud, le numéro spécial La prison au travers de l’espace architectural (Champ pénal/Penal field, n°20, 2020).

 

Il développe un programme de recherche sur la percolation des logiques du renseignement dans les institutions publiques (dont la prison) face aux extrémismes violents.

 

Il a notamment publié, avec Gilles Chantraine, « Intelligence and Radicalization in French Prisons: Sociological analysis Bottom up » (Security Dialogue, 2021) et « Performing the enemy? No-risk logic and the assessment of prisoners in “radicalization assessment units” in French prisons » (Punishment and Society, 2020). 

 

Actuellement, il mène une recherche sur les atteintes (criminelles) à la biodiversité en Belgique.

Aurélie_Verheylesonne.jpg

Aurélie VERHEYLESONNE

Assistante chargée d'exercices

0008_7A000558750008.jpg

Jérémiah VERVOORT

Assistant

Après un Bachelier en Droit et un Master à finalité pénale et civile, Jérémiah Vervoort a achevé en 2021-2022 un LL.M en Droit international public, le tout à l’Université Libre de Bruxelles. Dans le cadre de ses études, il a d’abord réalisé en MA2 un mémoire sur la police prédictive belge et son impact sur les discriminations raciales. Ensuite, lors de son LL.M, son TFE a porté sur l’affaire des enfants métis placés de force dans l’ex-Congo belge et la qualification de crime contre l’humanité y afférente. 

 

Ayant intégré le Centre de Recherches en Droit Pénal en octobre 2021 en tant qu’étudiant-jobiste, Jérémiah Vervoort y exerce désormais le rôle de chercheur et souhaite débuter en 2023 un doctorat avec comme thème l’opportunité du droit pénal dans la répression des crimes coloniaux (sous la direction de D. Scalia). À travers ce projet, il aimerait interroger la légitimité et l’habilité du droit pénal à sanctionner de tels actes ainsi qu’inscrire cette recherche dans une approche comparative principalement avec le système juridique français. 

 

Son domaine d’intérêt premier est le droit international pénal et plus particulièrement la question des crimes coloniaux.

Djoheur_Zerouki-Cottin_modifié.jpg

Djoheur ZEROUKI - COTTIN

Maître de Conférences à l'Université Jean-Monnet